concurrence

nom féminin
(de concurrent) Compétition, rivalité d'intérêts entre plusieurs personnes qui poursuivent un même but : Être en concurrence avec quelqu'un pour obtenir un poste.
Structure d'un marché qui se caractérise par une pluralité d'entreprises en compétition les unes par rapport aux autres pour bénéficier de la préférence des consommateurs.
Compétition sur le marché commercial entre plusieurs produits, services, etc.
Ensemble des commerçants, des industriels concurrents : Lutter contre la concurrence.
Faire concurrence à, tenter d'obtenir une même chose que quelqu'un d'autre ; offrir des avantages qui risquent de supplanter quelque chose d'autre sur le marché commercial, industriel, etc., être compétitif.
Jusqu'à concurrence de tant, jusqu'à ce que telle limite soit atteinte.

Biologie
Concurrence vitale, compétition entre individus d'une même population pour leur subsistance, leur territoire, etc., ayant pour résultat, selon le darwinisme, la survivance et la reproduction des plus aptes, et une meilleure adaptation de la lignée à son milieu.
Droit
Concurrence déloyale, pratiques frauduleuses de détournement de clientèle.
Économie
Régime de libre concurrence, celui dans lequel les prix ne sont pas contrôlés par les pouvoirs publics, où la création des entreprises privées demeure libre et où les pouvoirs publics n'interviennent essentiellement que pour garantir le libre jeu de la compétition entre les entreprises.

ÉCONOMIEIntroductionLa concurrence, comme mécanisme de régulation de l'activité économique, est l'élément fondamental de l'économie de marché. Elle est facteur de progrès technique, de qualité des biens et des services, en même temps que de stabilité des prix pour les consommateurs.Concurrence et économie de marchéL'économie de marché est le système économique qui prédomine dans le monde depuis la quasi-disparition des économies se réclamant du socialisme. Dans une économie de marché, la régulation de l'activité économique est assurée par la confrontation de l'offre et de la demande. L'offre est déterminée par la production des entreprises ; la demande découle des intentions d'achat des consommateurs, qui cherchent à satisfaire leurs besoins. Un système de prix permet d'équilibrer les quantités offertes par les entreprises et les quantités demandées par les consommateurs. Encore faut-il que l'offre de produits soit sous-tendue par plusieurs entreprises pour que le marché puisse répondre de façon optimale aux sollicitations des consommateurs. En prenant l'exemple du marché des biens durables (matériels informatiques, téléviseurs, automobiles), on voit que la foule des consommateurs se retrouve face aux diverses entreprises qui proposent leurs produits à leur clientèle. Les consommateurs arbitrent entre les différents constructeurs en orientant leur choix vers le produit qui semble correspondre le mieux à leurs attentes, tant du point de vue de ses qualités intrinsèques que de son prix. Ainsi apparaît l'effet bénéfique de la concurrence, sans laquelle le marché ne pourrait permettre de concourir à la réalisation du bien-être des agents économiques.La concurrence est appréhendée par les théoriciens de l'économie comme une source d'efficacité du système économique. En effet, les entreprises sont dans l'obligation de chercher sans cesse à satisfaire les consommateurs. Aussi la concurrence est-elle à l'origine du développement de l'innovation (progrès technique), qui permet l'amélioration de la qualité des produits. Parallèlement, les consommateurs étant en quête du meilleur rapport qualité-prix, les contraintes issues du système concurrentiel constituent un gage de stabilité des prix. Une entreprise qui offrirait des produits à un prix plus élevé que ses concurrents, pour une qualité identique, risquerait à terme de disparaître.La concurrence pure et parfaiteLa notion de « concurrence monopolistique » souligne paradoxalement la coexistence d'un système concurrentiel et de pratiques proches du monopole. Cette approche a été formulée par l'économiste américain Edward Chamberlin (1899-1967), dans la Théorie de la concurrence monopolistique (1933). La concurrence monopolistique prend comme base la présence de plusieurs entreprises sur un même marché. Il y a donc situation de concurrence face à l'ensemble des consommateurs. Cependant, chaque entreprise cherche à particulariser son produit (ou sa gamme de produits) comme étant unique sur le marché. Chaque vendeur différencie ses produits par des signes distinctifs clairement repérables par les consommateurs, tels que la marque, le logo ou l'emballage. Le recours au message publicitaire accentue la spécificité des produits d'une marque par rapport aux produits des firmes concurrentes. Ainsi, on est proche d'une situation de monopole. Cependant, le caractère monopolistique apparaît relativement limité, puisque les consommateurs ont toujours la possibilité de substituer un produit à un autre, et cela d'autant plus facilement que la plupart des produits présents sur le marché ont des caractéristiques très voisines, qu'il s'agisse des lessives, des pâtes alimentaires ou des biens durables. (→ consumérisme.)
Aucun site ajouté récemment
 
Propulsé par Arfooo Annuaire © 2007 - 2009    Generated in 0.042 Queries: 19 Référencement